Egalité Professionnelle

L’industrie nucléaire cherche à attirer des femmes

Temps de lecture 5 min Aurélie Tachot
Pour féminiser ses rangs, le syndicat professionnel de la filière nucléaire (GIFEN) vient de signer un partenariat avec l’association « Elles bougent », qui souhaite renforcer la mixité dans les entreprises industrielles.

La filière nucléaire, c’est près de 220 000 emplois en France, répartis dans 3200 entreprises. Suite à la construction de six réacteurs nucléaires prévue ces prochaines années, le secteur s’apprête à recruter massivement. Le Groupement des industriels français de l’énergie nucléaire (GIFEN) souhaite profiter de ce contexte porteur pour rendre plus inclusive la filière industrielle. La priorité, est d’attirer davantage de femmes. Car aujourd’hui, seuls 24 % des postes sont finalement occupés par des femmes dans le nucléaire. C’est en-deçà de la moyenne de l’industrie française (30 %). La faute aux choix d’orientation des étudiantes, peu enclines à rejoindre les sciences fondamentales, mais aussi à une méconnaissance des opportunités qui leur sont offertes dans une filière qui n’a pas réussi, au fil des années, à les convaincre.

nucléaire

Pour susciter davantage de vocations chez les femmes, le GIFEN vient de nouer un partenariat avec l’association « Elles bougent ». Objectif :  renforcer la mixité au sein des entreprises des secteurs industriels et technologiques. Marrainé par 8200 femmes, le réseau a lui-même pour partenaires des entreprises, des établissements d’enseignement supérieur, des collèges, des lycées… en France comme à l’international. Elle organise, chaque année, près de 500 actions et touche ainsi 40 000 jeunes femmes. Avec « Elles bougent », le GIFEN entend notamment organiser des jobdatings, des visites d’entreprises et des colloques à destination des femmes.

Par Aurélie Tachot