Etat de santé

Sanofi concilie cancer et travail dans un programme d’accompagnement

Aurélie Tachot
En 2017, le groupe Sanofi a lancé un programme baptisé « Cancer & Travail : Agir ensemble », dont l’objectif est d’accompagner les malades du cancer mais aussi leurs aidants, leurs managers et leurs collègues de travail. Les explications d’Hélène Bonnet, ancienne chercheuse chez Sanofi, aujourd’hui en charge du programme au sein du département RSE du groupe.
Sanofie concilie cancer et travail

Comment ce programme a-t-il vu le jour ?

J’ai moi-même été confrontée à la difficulté du retour à l’emploi après avoir été touchée, en 2014, par un cancer du sein agressif, que j’ai finalement vaincu. Lorsque j’ai repris mon poste chez Sanofi, j’ai été accompagnée par un médecin du travail, une assistante sociale et une professionnelle RH. Cependant, la maladie avait tellement bouleversé ma relation aux autres et au temps que cet accompagnement s’est avéré insuffisant. Selon l’Observatoire sociétal des cancers, une personne sur trois indique que la période après le cancer est plus difficile à vivre que les traitements eux-mêmes. Or, le retour à l’emploi participe au bon rétablissement des malades. Avec l’aide de l’équipe qui m’avait accompagnée, j’ai donc décidé de construire un programme dédié pour relever ce défi, que je voulais collectif. Il a officiellement été lancé en mai 2017, le jour de la signature de la charte d’engagement « Cancer et Emploi » de l’Institut national du cancer.

Quelles actions ont été mises en œuvre ?

Les personnes qui ont été touchées directement ou indirectement par le cancer ont besoin de savoir qu’elles ne sont pas les seules à vivre cette situation. Ce qui les aide, c’est de dialoguer, d’être éclairé sur leur état de confusion, de sortir des problématiques de douleur. Bref, de dédramatiser. Les aidants cherchent, quant à eux, à « déposer » leur charge mentale, qui est l’une des premières difficultés qu’ils évoquent lorsqu’ils accompagnent un malade du cancer. Chez Sanofi, nous avons donc créé des « antennes » sur nos différents sites en France, composées de collaborateurs volontaires parmi des médecins du travail, assistants sociaux, professionnels RH, salariés-aidants, salariés proches-aidants et managers. Leur point commun, c’est qu’ils ont tous vécu ou accompagné une situation de cancer. Leur mission est de comprendre ce dont ces personnes malades ont besoin et de trouver, avec elles, des solutions pour que leur retour à l’emploi soit facilité.

Quelles solutions peuvent par exemple être proposées ?

Cela peut être des jours de télétravail supplémentaires, un aménagement du temps de travail qui n’est pas un mi-temps thérapeutique et qui évolue en fonction de l’état de récupération du salarié… Car ce n’est pas parce que les malades ne suivent plus de traitement qu’ils sont guéris. Ils souffrent souvent de fatigue, d’anxiété, de problèmes de concentration… Aujourd’hui, nous sommes fiers de dénombrer 27 antennes en France, animées par 150 salariés volontaires. Ce sont des espaces qui sont sanctuarisés, au sein desquels les bénéficiaires peuvent parler en toute confiance, les « antennistes » étant soumis à un engament de confidentialité. Pour que ces derniers répondent aux besoins des patients comme des aidants, nous les avons formés à la dimension du rétablissement, à l’impact de la maladie ainsi qu’à la méthode d’écoute active et de questionnement appelée « counseling ». Jusqu’ici, nous avons ainsi accompagné plus de 260 personnes par ce biais.

Retrouvez d’autres articles sur la thématique Etat de Santé

Rédigé par Aurélie Tachot