Inclusion

Sunshine.me : une application pour soutenir ses collaborateurs

Temps de lecture 5 min Aurélie Tachot
La société Sunshine At Work dévoile une application « anti-burn-out » dédiée aux salariés d’entreprise. Appelée Sunshine.me, elle réunit une vingtaine de services liés à la santé, au bien-être, à la parentalité et aux aidants.

Une application créée par 80 DRH

Pour soutenir les salariés face aux défis que représentent les nouveaux environnements de travail, Sunshine At Work a trouvé la parade : Sunshine.me. Co-construite avec 80 DRH de petites et de grandes entreprises, l’application mobile s’adresse aux dirigeants qui souhaiteraient aider leurs collaborateurs sur plusieurs thématiques, elles-mêmes réparties en trois catégories :

  • La santé et le bien-être : prévention des addictions, violences conjugales, soutien psychologique, lutte contre le harcèlement, burn-out…
  • La parentalité : recherche de crèches, soutien scolaire, accompagnement aux handicaps, éducation numérique de l’adolescent…
  • Les aidants : logement chez un senior, obtention de l’aide d’un care manager, accueil de jeunes, recherche d’étudiants de confiance…

Une panoplie de services

Au total, une vingtaine de services sont recensés dans l’application Sunshine.me, grâce aux partenariats tissés partout en France par Sunshine At Work.

Ces services résultent tous de cas réels rencontrés ces derniers mois par les services RH des entreprises. « Dans le contexte actuel, il est essentiel de mettre ses collaborateurs en situation de succès, d’autant plus quand ils sont à distance. La notion de performance durable est un nouvel objectif qui s’impose à nos organisations.


Elle est dépendante de l’environnement de travail, des contacts avec les collègues, de l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle, du management et de la gestion de la charge de travail », explique Olivier Anton, président de Sunshine At Work.

Pour accéder à discrétion à ce panel de services, qui se consomment à l’heure, les salariés disposent de crédits, généralement alimentés par l’entreprise ou son Comité social et économique (CSE).

Par Aurélie Tachot